Wednesday, May 20, 2015

MOSA Interview by Graffdonuts.

GRAFFDONUTS MEETS MOSA/PAL

IMG_0535 copia
Graffdonuts meets Mosa / Pal from Paris.
Mosa is one of our favourite writers out there right now, and we had the chance to ask this guy a couple of question about his graffiti and art and we have a lot of nice pictures and a really interesting text (English and French) about his productions.
Now relax, keep scrolling and Enjoy!
Graffdonuts Team

11
IMG_0101 copia
GRAFFITI
I started doing graffiti around 2002 in Paris. Paris is an energetic town, filled with history, part of those towns that are peripherally enclosed unable to grow larger, in terms of space.
I do not consider graffiti as a practice, but more as a way of life. The way you approach the streets, contemplate the people, steal equipment, is part of my life. Unpretentiously, I am an artist, I make no distinction between vandalism and painting. There is a beauty in degradation, in destruction, that is what makes graffiti so strong and paradox. Graffiti in the streets of Paris is easy enough if you know how the city works. Currently I paint many store shutters with my friend Skubb. I love those structures, we generally paint with paintbrushes. It is a technique which is now already more then three years old. I try to develop new ways to paint and bring new forms, far from convention throwies. Recently certain graffiti people in Paris pass over my store blinds without reason. Paris is full of jealousy and hate.
111 copia
112 copia

yyyy copia

copia pola1
I practice graffiti openly and illegally. For me this is the base of graffiti. I paint wherever, whenever in the sight of everyone. it’s my way of mixing with the mass and thus being incognito during the implementation of my painting. This assumed approach in my practice, creates a true exchange in the city, in an urban environment, where the passersby are solicited in a certain way. It is also a way to sdramatize street painting, that stay, for most people an activity of the adolescence.
Painting has an important visual power. The forms. the colours, the shades and vibrations are of the sensitive. Wether before a tag or a polished painting, we cannot remain indifferent. It can be a political message or better yet a love message. Beyond private property and legal walls, graffiti must shock and awaken moods, it is there to show, that everything remains possibile and that freedom cannot be reduced just to laws. It’s in these conditions that I practice graffiti.
1111 copia

IMG_0706 copia
copia aa
IMG_0240 copia

IMG_0344 copia
IMG_0460 copia
IMG_0394 copia
GRAFFITI (French)
J’ai commencé le graffiti vers 2002, à Paris.Paris est une ville ville énergétique, remplit d’histoire .Elle fait partis de ces villes qui sont fermé dans un enclos périphérique, elle ne peut réellement s’agrandir en terme d’espace. C’est un terrain de jeu superbe ou l’on peut trouver mille et un endroit pour peindre. No limit.
Je ne considère pas le graffiti comme une pratique ,mais plutôt comme un mode de vie. La manière d’abordé les rues de Paris, de contempler les gens ,de voler le matériel fais partie de ma vie. Sans prétention, je suis un artiste, je ne fais pas de distinction entre vandale et peintre. Il y’a une beauté dans la dégradation, dans la destruction, c’est ce qui rends tellement fort et paradoxal le graffiti.
Le graffiti en rue à Paris est assez facile si on sait comment fonctionne la ville, Actuellement je peint beaucoup de rideaux de fer moi et mon ami Skubb,.J’adore ce support , on peint généralement au pinceau.C’est une technique que l’on fait déjà depuis plus de trois ans. J’essaie de développer de nouvelle manière de peindre et ramener de nouvelles formes , loin des conventionnelle throw up.
Depuis peu certaine personne du graffiti à Paris repasse mes stores sans aucune raison. Paris est rempli de jaloux et de haineux.
IMG_4695 copia

IMG_4697 copia

Cattura

IMG_0252 copia
IMG_0258 copia
IMG_0330 copia
Je pratique le graffiti ouvertement et de manière illégal.C’est la base et la source du graffiti pour moi. Je peins  n’importe ou, n’importe quand,  à la vue de tout le monde. C’est ma façon de me fondre dans la masse et ainsi d’être incognito durant la réalisation de ma peinture. Cette façon assumée dans ma pratique, créer un véritablement échange dans la ville, dans un milieu urbain, ou les passant sont solliciter d’une certaine manière.C’est aussi une façon de dédramatriser la peinture en rue, qui reste pour la plupart des gens une activité de jeunes adolescent. Et montrer à la vue de tous, l’aspect artistique dans le graffiti.
La peinture à un pouvoir visuel important. Les formes, les couleurs les teintes et vibrations sont sont de l’ordre du sensible.
Que se soit devant un tag ou une peinture léchée, on ne peut rester indifférent .Cela peut être un message politique ou bien encore juste un message d’amour.  Au-delà des propriétés privées et des murs légaux, le graffiti doit choquer et réveiller les humeurs, il est la pour montrer que tout reste encore possible et que la liberté ne résume pas juste à des lois.C’est dans ces conditions que je pratique le graffiti.


IMG_0602 copia
IMG_0608 copia
IMG_0642 copia
IMG_0652 copia
IMG_0670 copia
IMG_0682 copia
IMG_0714 copia
IMG_4345 copia
IMG_4382 copia
IMG_4640 copia
IMG_4411 copia
IMG_4433 copia
IMG_4448 copia
IMG_4476 copia
IMG_4560 copia
IMG_4626 copia copia
IMG_4775 copia
IMG_4898 copia copia
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
ART
Graffiti is not an end in itself,  for me it is a way of living, but it is especially what opened my eyes up to the world. My first shock was the vision of a tag on a stone wall. From that moment on I got interested in graffiti and then painting in a more general way.  I propose new things in the work I do in my atelier. Though my graffiti fulfils me it does not complete me on an artistic point of view.
Far from prejudgment and my first and physical urge to paint, it’s a constant reality that I propose in my graffiti, a reflection on the influence of digital, the profusion of the virtual experience lived and the perspective that my pictorial research offers. My paintings are filled with the will of “elsewhere” of another possibile world, of emancipation. Some paintings speak of the advent of the virtual world and the negative effect it has on us, recalling strategies of control over information.
I represent elements of the nature of reality, I have not lived in the true experience, this here is a paradox that, to me, seems fun. I feel no shame and obviously if we compare it to the Renaissance artists that went all the way to Rome to soak up and live the experience of a reality they wanted to represent; it seems there’s been a real revolution.
Walter Benjamin, in a borrowed phrase, considers our century “poor in experience”. Maybe this is true,,

1
To live the experience of a sunset on your computer screen and want to transcribe it, I think there is a real beauty in these things that we live on our “screens”, the high definition and the movements of pixels turning into glitches fascinate me as much as raindrops falling upon my window.
IMG_0783
IMG_0780
IMG_0750
ART (French)
Le graffiti n’est pas une fin en soins , c’est pour moi  un mode vie mais c’est surtout ce qui m’a ouvert les yeux sur le monde.
Mon premier choc à été la vision d’un tag sur un mur de pierre. A partir de ce moment je me suis intéressé au graffiti puis à la Peinture de manière plus général.
Dans mon travail en atelier je propose de nouvelles choses. Bien que mon graffiti me nourrisse il ne me comble pas d’un point de vue artistique.
Loin des préjugés et de mon envie première et physique de peindre , c’est un réel constat que je propose dans mes peintures,,, une réflexion sur l’ influence du numérique, la profusion d’expérience virtuelle vécues et la perspective qu’offre mes recherches picturales. Mes peintures sont bercé de volonté « d’ailleurs « , d’autres mondes possibles, d’émancipation. Certaines toiles parlent de l’avénement du mondes virtuels et des ses effets néfastes sur nous , rappelant des stratégies de contrôles de l’information.
Je représente des éléments de la nature du réel,dont  je n’ai pas vécue l’expérience en vrai , c’est ici un paradoxe qui me semble amusant. Je n’en ressens aucune honte et bien évidement si l’on compare les artistes de la renaissance allant jusqu’a Rome pour s’imprégnait et vivre l’expérience d’une réalité qu’il voulait représenter ; il semble qu’il y est eu une vrai révolution .
Walter Benjamin  selon un expression emprunté   considère notre siècle « pauvre en expérience(s) ». Peu être est  ce vrai ,,
Vivre l’expérience d’un coucher de soleil sur son écran d’ordinateurs et vouloir la retranscrire ,, je trouve qu’il y’a une réel beauté dans ces choses que nous vivons sur nos «écrans » ,, la haute définition et le mouvement des pixels se transformant en glitch me fascine autant que les gouttes de pluies tombant sur ma fenêtre.
8
6
4
75000
Seul face aux gens , sans coeur, ni peur
Lentement s’assoupli ma ville
Le frottement des corps, leurs odeurs
sur le mien me rappelle l’asile
Les stores se baissent à jamais sur nous
les lâches me repasse et m’abaisse
Mon coeur se referme, s’écrase et saigne
Je l’aime tant qu’elle est belle
et au moindre nuage m’éclabousse de sa haine
Je la sens , je la vie à chaque recoin
Elle m’écorche et me laisse en peine
Sans elle je ne serai rien
Si ce n’est moi
Mosa
Check also 75000 Spititual Warrior, his latest video he released a coupe of days ago.